Sous la Croix du Sud

Ahaneur d'octets austraux depuis 1998
Billet classé dans la catégorie : monde

lundi 01 novembre 2004

[ 07:01  ] Hors Texas, personne n'est fou sauf moi

J'en suis à m'interroger si je ne suis pas malade pour m'intéresser autant aux élections américaines... Les symptômes de cette maladie sont les suivants : sensibilité exacerbée aux sondages, sentiment d'impuissance, angoisse de devenir à la fois malvoyant, malentendant et autiste...

Apparemment, la plupart de mes compatriotes semblent indifférents à cette affection, grâce à une bonne dose de sentiment insulaire et de fatalisme. Il n'y a guère que mon chien (et oui, j'ai repris un chien...) qui semble fasciné par le clip d'Eminem (comme quoi, en ma compagnie, l'acquisition d'une culture politique peut être plus rapide que l'apprentissage de la propreté...).

Je ne sais si c'est la maladie qui réduit déjà mes facultés sensorielles et mon discernement, mais malgré mes efforts, je n'ai pas trouvé dans mon entourage une seule personne souhaitant la victoire de Dabeliou. A peine une personne pour me rappeler qu'il n'a pas fait que des bêtises...

Si pour une curieuse raison ou l'autre, vous avez aimé Florida 2000, applaudi à Madagascar 2002, vous risquez d'adorer Pennsylvanie, Floride, Ohio, Iowa et Wisconsin 2004.

Même sans les lectures indispensables, on était déjà fortement conscient du fléau pour la salubrité publique que représentent les troubles de perceptions de la réalité...

Mais comme il est fort possible que nous en reprenions pour quatre ans, il s'avère nécessaire de constater les situations locales avant de voir ce que la mondialisation va faire de nous... (ceci en supposant que quelqu'un soit encore capable de faire des comparaisons d'ici quelque temps).

Dans l'Océan Indien, on avait pris un peu d'avance dans l'analyse du phénomène :

Il existe un gradient international concernant la guérison. Aux Comores, à Madagascar, dans une moindre mesure à Maurice, on pense que l’on peut guérir un "fou" ou un "malade mental". Cette représentation de la guérison diminue dans les DOM et dans les sites métropolitains, peu de personnes pensent que l’on peut guérir un "fou" ou un "malade mental". Il est intéressant de constater que la croyance dans la possibilité de guérison est inversement proportionnelle à l’offre de soins psychiatriques : moins il y a de psychiatrie, plus on pense que l’on peut guérir. Par contre, tout le monde pense qu’un "dépressif" peut guérir, c’est un invariant, quel que soit le site. Et la grande majorité des gens pense qu’un "fou", un "malade mental" et, dans une moindre mesure, un "dépressif" ne peuvent guérir seuls.

(...)

En France, parmi les personnes qui ont un trouble (identifié par le MINI), seules 30% ont le sentiment d’être malade. Aux Comores, à Madagascar et à Maurice, ce sentiment est plus répandu : une personne sur deux présentant un trouble a le sentiment d’être malade.

Hors Texas, encore personne n'est fou, sauf peut-être moi...

Commentaires du blog hébergés par Disqus


<- Très chère caféine...
Amérique métro contre Amérique rétro ->
 Accueil |  Humour | Macintosh | Bidouilles | Sélection | Éditeur 

© 2004 Barijaona Ramaholimihaso
Réagissez par les liens de commentaires ou par e-mail :