TZ=Indian/Antananarivo

Ahanements d'octets austraux
Billet classé dans la catégorie : monde

jeudi 01 septembre 2005

[ 06:33  ] Katrina and the Waves

OK, comme certains groupes musicaux, les cyclones font quelques vagues mais sont un rien éphémères.

N'empêche que je n'avais pas réellement digéré lorsqu'un de mes compatriotes avait trouvé que je parlais un peu répétitivement du sujet.

Les états-uniens n'ont pas de ces pudeurs : ce matin Google News US décompte 118.000 dépêches sur Katrina... Et Google News France a quand même 1.750 dépêches en stock pour l'éventuel francophone insomniaque.

Pour vous dire l'ampleur de ce genre d'évènement, George W. s'est même senti obligé d'interrompre ses vacances, alors que la guerre en Irak, ça valait des clopinettes par rapport à une randonnée cycliste avec Lance Amstrong... Quelqu'un dans l'assistance prétendrait-il que la désertion de Crawford était dûe à Cindy Sheehan ?

(moi Monsieur, mais c'est une autre histoire)

Je pense que Kintana craignait surtout que dans la bouche d'un malgache, le genre de propos qu'un Texan peut émettre ne fasse catastrophisme misérabiliste pour mieux quémander l'aide internationale.

On me murmure que c'est un peu, mais en plus grave, comme les incendies. Ils ont plus la cote lorsqu'ils surgissent du coté de Paris que du coté de Bamako, d'Abidjan ou d'Antananarivo, alors qu'avec les mêmes matériaux, on aboutit aux mêmes cendres...

Le problème avec les cyclones, c'est qu'ils s'appellent ici cyclones, là bas hurricanes, chez les autres ouragans, ailleurs encore typhons... Certains ont 6 qualifications de gravité et s'appuient sur l'échelle de Dvorak, d'autres ont 5 niveaux de gravité et utilisent l'échelle de Saffir-Simpson. Difficile de comparer les choses. Comme s'il ne suffisait pas que les morts des uns ne pèsent pas la même chose que les morts des autres...

Alors, pour mettre les choses au point, d'un point de vue physique, Katrina, c'était moins costaud qu'un Mitch ou un Ivan, ou pour parler de mes connaissances proches, qu'un Gafilo ou une Géralda. Empruntez les données du prof de SVT pour vous en persuader.

Et référez-vous à des évènements comme le 11 septembre 2001 pour comprendre qu'on n'a pas toujours les moyens de compter les victimes. Qui sont néanmoins aussi respectables les unes que les autres.

Barijaona, l'affreux rancunier qui retourne sur les commentaires froids ;-) .

Dernière mise à jour le 1/9/2005 06:41:03
Commentaires du blog hébergés par Disqus


<- Kitschissime...
La dictature de l'émotion ->
 Accueil |  Humour | Macintosh | Bidouilles | Sélection | Éditeur 

Certains droits protégés par licence Creative Commons , 2005 Barijaona Ramaholimihaso
Réagissez par les liens de commentaires ou par e-mail :