Sous la Croix du Sud

Ahaneur d'octets austraux depuis 1998
Billet classé dans la catégorie : monde

lundi 03 janvier 2005

[ 03:01  ] Passagers passages

J'hésite entre le traditionnel "Bonne année à tous" et le "Bon début d'année à un nombre raisonnable de personnes".

Non, parce que chaque année, on éructe joyeusement "Bonne année" à toute la planète, mais ladite année passée, on se demande quand même si nos voeux ont été efficaces jusqu'au bout, et si les bonnes résolutions ont été à la hauteur des voeux exprimés au son des fourchettes qui s'entrechoquent et des bouchons de champagne qui sautent...

Bon, je veux bien tenter de me convaincre que si je n'avais pas adressé quelques voeux 366 jours plus tôt, deux courants marins plutôt providentiels n'auraient pas détourné certaines vagues vers la Somalie et le sud de la Réunion, mais je n'y crois pas vraiment...

Et difficile de ne pas se demander combien s'étaient promis en début d'année d'être un peu moins matérialistes et un peu moins opportunistes.

Justement, je pourrais prétendre que la catastrophe en Asie m'a incité à adopter profil bas pour les "fêtes", mais force est d'avouer, même si j'ai horreur de parler sur ce blog de tout ce qui a le moindre rapport au boulot, que cela est beaucoup plus dû au fait que Madagascar adopte une nouvelle monnaie en ce début d'année.

Ben oui, à l'heure des catastrophes globalisées (mais réellement plus mémorables que celles d'il y a 1, 28 ou 84 ans ?), forcément solidaires, on ne va pas se contenter de regarder l'Afrique de l'Ouest se dépatouiller comme elle peut pour éliminer de vieux billets de banque pillés en Côte d'Ivoire ou la Turquie adopter une nouvelle livre valant pas moins d'un million de livres anciennes.

Bon, faut bien faire avec les moyens du pays : nous nous contentons donc de diviser la valeur de la monnaie par 5, et pour limiter les coûts, les billets anciens coexisteront au moins un certain temps avec les nouveaux, tandis ce que les informaticiens ignorent les casse-têtes des périodes de transition pour adopter les affres des maousses big-bangs.

Tout ça aboutit à ce qu'en ce bel an de grâce 2006, lors de mes premiers achats consistant en (ouh là là, je frôle le rapport de repas chez Tante Cécile, là !) :

les trois premiers vendeurs, malgaches bon teint, me demandent "dix-huit mille", "cent quarante quatre mille" et "quatre vingt cinq mille", et que la balance électronique sur laquelle ont été pesés mes légumes affiche benoîtement "8,71 F" et "7,32 F" pour me signifier que je suis redevable de 871 et 732 Ariary.

Bon courage à la caissière qui, ayant adopté le nouveau système, pour me rendre la monnaie, a dû psalmodier à voix basse "efatra ambin'ny fitopolo sy telonjato".

Du coup, il n'y a pas que les vieillards qui en ont des insomnies.

Commentaires du blog hébergés par Disqus


<- Feo Gasy
Spéculation ->
 Accueil |  Humour | Macintosh | Bidouilles | Sélection | Éditeur 

© 2005 Barijaona Ramaholimihaso
Réagissez par les liens de commentaires ou par e-mail :