Quai Sud, 2 minutes d'arrêt

Ahanements d'octets austraux

dimanche 16 décembre 2007

[ 20:10 ] Les carottes sont oranges, mais sont-elles cuites ?

72, 91, 02, 07 ?

Le désir de changement des Tananariviens semble se manifester à intervalles de plus en plus rapprochés... Impossible pour le matheux de ne pas soupçonner une suite géométrique de raison 1/2...

Certes, il y a de nouveaux électeurs parmi ceux qui ont porté Andry TGV à la mairie de la capitale...

Mais bon nombre de ceux qui aujourd'hui revendiquent fièrement avoir voté pour le «bandy kely» ont gâché l'anniversaire de celui-là même qu'ils avaient il y a huit ans élu à la mairie, puis fait passer au stade supérieur il y a moins de six ans à l'occasion d'une autre élection, avant d'arpenter longuement les rues de la capitale et d'accepter pacifiquement une forte dose de privations.

Versatilité ? Aucun des "déçus" que j'ai pu approcher ne reproche à Ravalomanana de ne pas avoir en 1999 éliminé les embouteillages de la capitale dans les trois mois comme proclamé.

Pas un de ceux qui sont passés du vert à l'orange ne fait référence à la capacité financière d'acheter une R4 que le même Ravalomanana avait fait miroiter à tous ses compatriotes en 2001.

Et beaucoup trouvent la ville d'Antananarivo plus belle, plus propre, mieux gérée. Reflet local d'un début de croissance économique.

Non, à mon sondage informel, tous répondent plus ou moins : ilay toetran-dRavalo sy ny Tim mihintsy no tsy zakanay.... Et les choses leur paraissent tellement évidentes qu'ils s'étonnent que je ressente le besoin d'analyser un peu plus finement ce qui dans le comportement des dirigeants actuels a suscité ce vote protestataire.

Si on les chatouille un peu plus, ils évoquent surtout le verrouillage pas vraiment subtil du pays : mélange entre intérêts privés et publics favorisé par l'accession des Tiko & Magro boys aux postes étatiques, mainmise sur les échelons administratifs intermédiaires, embrigadement plus ou moins volontaire des fonctionnaires au TIM Education ou au TIM Santé, refus du débat.

Par sa seule candidature, Andry TGV a réussi à devenir l'icône glamour des fautes de gouvernance du régime Ravalomanana.

En évitant soigneusement de s'associer avec l'opposition classique, en refusant de surenchérir par rapport aux attaques sur sa candidature, il s'est posé en gardien de l'esprit communautaire de 2002.

En mettant en place et en utilisant promptement un dispositif pour déjouer les tentatives de fraude et d'achat de voix, il a aussi montré que lui et ses électeurs/électrices avaient des cojones (précisons, Mesdames, que le mot est utilisé au sens anglo-saxon figuré...).

Faut-il en conclure pour autant que les jours de Ravalomanana au pouvoir sont comptés ?

Non, d'abord parce que le nouveau petit chéri n'aura même pas l'âge légal pour se présenter aux prochaines élections présidentielles.

Non, car si la déculottée du TIM est réelle, Ravalomanana peut se prévaloir d'avoir beaucoup plus mobilisé il y a un an que Andry aujourd'hui (à périmètre égal, 43% d'électeurs en plus).

Comparaison des élections de Décembre 2006 et Décembre 2007
Election présidentielleElection communale
Inscrits 604 650 620 631
Votants 356 117 273 164
Taux de participation 58,90% 44,01%
Blancs et nuls 7 265 4 250
Suffrages exprimés 348 852 268 914
TIM 244 766 87 124
% TIM 70,16% 32,40%
TGV - 170 281
% TGV - 63,32%

Il reste que le message de Mercredi, qu'il ait été exprimé par Antananarivo ou par Antsirabe, a été très fort. Suffisamment ?

Dernière mise à jour :
13/1/2008 01:23

Commentaires du blog hébergés par Disqus


Billet classé dans la catégorie : Accueil > Madagascar > Vavavoum4

<- Apparemment...
Et nous, où en sommes nous ? ->

Certains droits protégés par licence Creative Commons , 2007 Barijaona Ramaholimihaso
Réagissez par les liens de commentaires ou par courriel : reactions (arobace) barijaona.com
 Accueil |  Humour | Macintosh | Bidouilles | Sélection | Éditeur