Sous la Croix du Sud

Ahaneur d'octets austraux depuis 1998
Billet classé dans la catégorie : futile

lundi 13 décembre 2004

[ 07:47  ] Me voilà contraint de manger des patates...

Et cela n'a rien à voir avec le prix du riz, mais parce que je suis parisien pour quelques jours. Bon, parisien c'est vite dit... Par exemple, un vrai parisien a des réflexes un peu plus vifs avec le taxibe local et ne sous-estime pas les délais de transport et de correspondance.

Sauf si vous croyez que je suis un disciple de Sacher Masoch (je sais, le doute peut planer...), vous ne pouvez pas imaginer que ce soit tout à fait volontairement que je savoure les nuits interminables et le temps gris de Paris en Décembre.

Mon goût des sciences expérimentales ne va pas non plus jusqu'à prolonger joyeusement l'étude de l'impact des basses températures sur le derme et l'épiderme humains ; vous savez bien qu'au 21ème siècle, l'expérimentation animale est réprouvée...

Certes, le sociologue qui sommeille en moi s'émerveille toujours de voir que les voitures sales coexistent pacifiquement avec les affiches vantant parfums et lingeries de luxe. Mais je reconnais que mon carrosse tananarivien n'est pas non plus irréprochable en permanence, et que ce genre d'observation ne justifie pas complètement le prix d'un billet sur la ligne aérienne la plus coûteuse du monde, ligne qu'Air France ne juge pourtant pas suffisamment rentable au prix du kérosène actuel.

Non, si je suis à Paris, ce n'est point en villégiature, mais pour travailler. Je ne parle presque jamais de travail dans ce blog, mais sachez que suite à une fusion, la coexistence entre ceux qui se voient en laboureurs confiants, ceux dont l'identité est un rien nostalgique de canaux et de confettis extrême-Orientaux d'empire et enfin les chatons de savanes ne suscite pas la mélancolie et justifie quelques rencontres allant au delà des échanges à distance d'octets.

C'est aussi l'occasion de se voir confirmer de vive voix que la Côte d'Ivoire est bien rentrée dans un cycle d'éxubérance irrationnelle, et que l'ambiance en Ukraine ressemble furieusement à celle de Madagascar il y a presque trois ans.

Sauf que le climat est certainement plus adapté à la physiologie humaine du coté d'Antananarivo qu'à Kiev. Avec ou sans dioxine, sans même parler de Tchernobyl.

Commentaires du blog hébergés par Disqus


<- Un brin déçu par la politique internationale, ce blog tente de retourner à la science
Une crèche et de la paille ->
 Accueil |  Humour | Macintosh | Bidouilles | Sélection | Éditeur 

© 2004 Barijaona Ramaholimihaso
Réagissez par les liens de commentaires ou par e-mail :