Accueil Humour Macintosh Print66 Sélection Éditeur
Édito | Index des archives

Dimanche 4 mars 2001

Dot-com, dot-org, dot-aarrghhh !!!... Vraiment, je ne vois pas vraiment l'intérêt de célébrer une fête de l'Internet, surtout un dimanche... Rien que ce jour de la semaine, ça vous a un petit coté foire aux chrysanthèmes... Et après la commémoration de Trenet et de Gainsbourg, impossible de ne pas penser que la France qui nous exporte encore ce genre de joyeuseté n'est que celle où il faut être mort pour avoir le droit d'être célébré... Celle qui a déjà bien du mal à appeler l'homme à la tête de chou Gainsbarre, et dont on peut craindre qu'elle nous sortira sous peu du "Monsieur Serge Ginzburger, dit Gainsbourg"... Où est la spontanéité, l'impertinence d'une fête ? Ces célébrations officielles ont toutes l'air de requiem, entonnés par des gens qui ne se prennent pas pour des cons et ne sauront donc entonner un requiem sur un rythme de reggae... On ne peut que regretter que le fumeur de Gitanes ne soit plus là pour dynamiter un peu tout cela... "La nostalgie, camarade..."

D'ailleurs, pour ajouter au caractère "spontané" de la fête, elle coïncidait avec une de ces fêtes pour commerçants, qui ont décidé de prendre pour otages les grands-mères sans défense pour sans doute mieux les précipiter vers la tombe afin de pouvoir enfin les célébrer plus dignement... A Madagascar, on a donc eu droit à une discussion sur le commerce électronique, ce qui n'avait rien de festif (je ne vois pas ce qu'il y a de festif à voir les canines de ces clones de William Gates III briller) : le seul moment rigolo a été lorsqu'on a fait remarquer à l'ambassade de France comme il était curieusement facile pour les informaticiens malgaches d'obtenir des visas pour la France...

Et pendant ce temps, on ferme Napster sur des bases légales un peu inquiétantes, car ses soixante deux millions d'utilisateurs ne gagnent pas un sou dans le partage de leurs enthousiasmes, un peu comme si l'on vous interdisait d'inviter des amis à la maison pour regarder ensemble Friends, ou l'on vous obligeait à fermer hermétiquement portes et fenêtres pour écouter de la musique, pour être sûr que les voisins ne puissent pas en profiter... Bientôt, on vous empêchera de faire une copie légale, c'est à dire à usage privé, d'un CD (pour les DVD, c'est déjà fait...). C'est comme cela que les foires de villages deviennent des salons de l'agriculture, et que les êtres humains se retrouvent seuls animaux à être autorisés à manger (provisoirement, provisoirement...) de la viande. Mais cela est une autre histoire...


Chronique précédente...
Édito | Index des archives