Étonnements rapides et durables

Vue imprenable des bas-cotés de la planète, à Antananarivo.

samedi 23 août 2003

[ 15:05:47 ] Très recherchés terroristes,

Depuis le temps, vous faites partie des meubles, presque de la famille. On ne s'étonne plus vraiment de tomber sur vous de temps à autres, et de vous oublier entretemps, comme on se trouve idiot en arrivant au mariage du cousin Gontran d'avoir oublié l'existence d'un parent trop sensible à la boisson qui inévitablement gâchera la fête de famille.

Depuis Münich 1972, je ne m'étonne plus vraiment de votre inventivité, et je sais que l'on peut compter sur vous pour fouler aux pieds tout ce qui pourrait avoir un peu de valeur au reste du monde.

Vous avez su délicatement pourrir la vie de l'individu le plus lambda : en vidant à certaines époques les restaurants, théâtres et salles de cinéma de leur habituelle animation ; en nous amenant à nous priver de consignes dans les gares et d'emplacements à bagages dans les rames de métro ; en nous obligeant à manger dans les avions avec d'inefficaces couteaux en plastique ; en nous faisant subir sans presque protester des contrôles effectuées sur la foi de la colorimétrie d'un épiderme, la longueur d'une barbe ou l'exotisme d'un patronyme...

Nous vous avons intégré dans le paysage.

Le 11 septembre 2001, les derniers naïfs qui croyaient qu'ils étaient à l'abri de vos actions ont été détrompés, et je ne pouvais que reconnaître une fois de plus la cohérence interne de vos perverses logiques et l'efficacité redoutable de vos actions "militaires".

On se doutait donc qu'avoir entendu parler de shock and awe allait vous inspirer. Ce n'est pas la première fois que vous assassinez un fonctionnaire de l'ONU, et la méthode utilisée est aujourd'hui banale, paraît presque "facile".

Mais :

permettez moi quand même de vous dire, même si ça ne vous intéresse pas, que vous avez fait une grosse idiotie.

Salutations peu cordiales. 




 | 
 Accueil |  Humour | Macintosh | Print66 | Sélection | Éditeur 
© 2003 Barijaona Ramaholimihaso
Réagissez par les liens de commentaires ou par e-mail :