Accueil |  Humour | Macintosh | Print66 | Sélection | Éditeur 

Étonnements rapides et durables

Vue imprenable des bas-cotés de la planète, à Antananarivo.

mardi 24 décembre 2002
[ 23:35:25 ] 

Allez, tâchons un peu d'être dans l'esprit du temps... Un conte de Noël de Philippe Grün, initialement publié par Le Monde l'année dernière.

Et une version légèrement différente ici.

Je souhaite un Noël authentiquement joyeux à tous. 



[ 04:54:28 ] 

Tir groupé.

Parmi les meilleurs produits de 2002 relevés par Fortune, Apple remporte pas moins de trois lauriers :

Time Warner, la maison mère de Fortune, est un des plus gros utilisateurs d'Apple. Apparemment, ils ne sont pas trop mécontents de ce qu'ils utilisent au jour le jour.

Ah, si j'étais un peu plus proche du Fortune 500... 



[ 04:29:36 ] 

Should I stay or should I go ? Joe Strummer est parti.

The Clash ne fait pas partie des groupes que j'ai aimé à la première écoute. Sans doute à cause des influences ska. Mais petit à petit, c'est devenu un classique. 



[ 04:21:13 ] 

<air docte et concentré>

Plastic attire notre attention sur une étude du British Medical Journal.

Deux statisticiens et psychologues ont analysé les mensurations des modèles telles qu'elles ressortent des pages centrales des numéros de Playboy entre 1953 et 2001.

Conclusion : au fil des annnées, le poids moyen des modèles est resté sensiblement le même, mais le tour de poitrine et le tour de hanche ont baissé alors que le tour de taille a augmenté.

Ceci indiquerait un attrait accru envers des modèles plus anguleux et androgynes à la Eva Herzigova, au détriment des rondeurs à la Marilyn Monroe.

Question : est-ce que Marilyn aurait fait la pub WonderBra ? Dans le doute, contentons nous de relever cet hommage de la cadette à la mythique ainée.

Remarquons que la chute de lectorat de Playboy laisse penser qu'il n'est peut-être plus aussi représentatif du goût moyen du mâle. La concurrence d'autres médias permet désormais à chacun de mater selon ses goûts. Si par exemple les blancs nord-américains fantasment sur les fortes poitrines, les noirs semblent plus attirés par les postérieurs rebondis.

Une autre étude suggère que les préférences physiques traduisent la perception que l'on a du standing social. Dans une culture où la nourriture est rare, il est bien vu d'être un peu enveloppé. Dans une société où l'obésité devient un problème social, il est perçu comme préférable d'avoir le courage et le temps de prendre soin de son corps.

Bien que les femmes américaines pensent souvent que les hommes préfèrent les femmes plus minces, une étude effectuée par le psychologue Paul Rozin montre une autre réalité.

Des femmes ont été invitées à identifier le type de corps qu'elles jugeaient idéal pour elles-mêmes et le type de corps qu'elles pensaient que les hommes préferaient.

Dans les deux cas, les femmes ont choisi des types de corps plus minces que la moyenne.

Quand des hommes ont été à leur tour invités à indiquer le type de corps envers lequel ils étaient le plus attirés, ils ont typiquement choisi la constitution féminine moyenne. Les femmes dans cette étude ont cru que les hommes préferaient des femmes plus minces, ce qui s'est avéré ne pas être vrai.

L'importance de l'apparence physique a augmenté régulièrement depuis les années 30. Comme la télévision, les films, les magazines de mode et autres medias montrent les personnes les plus belles dans la société occidentale, les hommes et les femmes ont commencé à donner plus d'importance à l'apparence.

Pour les hommes, ceci peut être une manière de montrer leur statut social à d'autres hommes. Un célibataire aisé est beaucoup plus susceptible qu'un homme pauvre d'attirer une femme physiquement très attirante. Les femmes "trophée" ne sont pas simplement l'indice d'un statut social élevé, mais augmentent en fait le statut de l'homme qui peut les gagner. Les hommes, de toutes cultures, valorisent l'attrait d'une femme non seulement pour son potentiel reproducteur, mais également comme signe qu'ils peuvent obtenir une femme attirante de haut statut social.

Je n'ai pas de mètre ruban sous la main pour pouvoir publier mon index d'androgynité ( tour de taille/(tour de hanche*tour de poitrine)^0,5 ).

</air docte et concentré> 




© 2003 Barijaona Ramaholimihaso
Réagissez par les liens de commentaires ou par e-mail :