Accueil |  Humour | Macintosh | Print66 | Sélection | Éditeur 

Étonnements rapides et durables

Vue imprenable des bas-cotés de la planète, à Antananarivo.

dimanche 22 décembre 2002
[ 23:28:24 ] 

Ce qui se passe au Venezuela (révolution pacifique à laquelle les médias étrangers ne comprennent rien) n'est pas sans interpeller le malgache que je suis.

Pour en savoir plus, deux frères, deux weblogs, Tyromaniac, et The Devil's Excrement.

Le second est sous-titré :

Observations centrées sur les problèmes d'un pays sous-développé, le Venezuela, avec quelques découvertes fortuites sur le monde en général (orchidées, technologie, science, investissements, politique). Un vénézuelien célèbre a désigné le pétrole comme étant l'excrément du diable. Pour les pays, la richesse facile semble en effet être le chemin assuré vers l'échec. Le Venezuela pourrait être une illustration claire de cela.

Euh, ça marche aussi pour les émeraudes, le saphir et la vanille ? Mais qu'est-ce qu'il bouffe, ce diable ?

Et le cacao semble être particulièrement indigeste



[ 23:04:26 ] Les bruits de bottes s'accélèrent

Cet article a été mis en ligne quelques heures avant l'accident fatal qui est arrivé au journaliste de TF1, Patrick Bourrat.

La veille de l'entrée dans Kaboul vit la mort des premiers journalistes en Afghanistan. Pour Iraq II, on n'a même pas attendu le début du conflit.

Éloge de la lenteur : la Norvège, à l'antithèse des États-Unis. 



[ 17:59:51 ] 

Seule ma carnation naturelle m'empêche de rougir. Merci Manur, mais me voilà bien embarrassé.

Jusqu'ici, je pouvais faire comme si je connaissais personnellement tous les lecteurs de ce weblog. Amis, cousins et personnes intéressées par la crise malgache, je faisais mine de ne m'adresser qu'à un cercle restreint de personnes que je connaissais sinon de vue, du moins à travers au minimum une adresse e-mail et quelques écrits.

Mais depuis que quelques auteurs que je lis régulièrement et vers qui je pointe se mettent à pointer également vers mon weblog, depuis que des commentaires à des articles sont mis en ligne sans que je puisse les attribuer à une de mes connaissances, il m'est devenu impossible de me cacher derrière mon petit doigt...

Il y a sans doute maintenant plus d'inconnus que de visages familiers à lire mes gentils délires.

Il est agréable de savoir que l'on est lu, mais je ne voudrais pas que 15 secondes de célébrité me gâchent le plaisir d'écrire.

Si vous le permettez, nous tâcherons de rester dans cet esprit : je me contenterais de poster au gré de mes humeurs (alors qu'un weblog populaire doit être mis à jour quotidiennement), je ne regarderais pas les referers (de toute façons, on n'a pas accès aux logs de fréquentation du site chez mac.com), et lorsque je dirais vraiment des bêtises, vous vous contenterez de penser tout bas que ce garçon ferait mieux de rattraper son manque de sommeil...

Le paradoxe des weblogs, c'est qu'il s'agit d'espaces personnels dans un lieu public... 



[ 08:34:13 ] 

Damned !! Je n'avais pas remarqué que ces braves gens d'Userland avaient fait une modification du script qui dessine le calendrier.

Du coup, les personnalisations de ce weblog (celles suggérées par les règles d'accessibilité plus quelques autres) ont été écrasées.

Comme d'habitude, l'adage les sauvegardes se passent toujours bien, il n'y a jamais de problèmes que lors des restaurations est à nouveau illustré : c'est à ce moment précis que l'on se rend compte qu'on a égaré la sauvegarde qu'on avait soigneusement faite...

Il n'aura guère fallu que deux heures pour remettre les choses à plat.

Avec cependant une grosse conséquence négative : du coup, j'ai dû relire mon code et mes feuilles de style, et je trouve intolérable qu'il y subsiste des attributs en nombre de pixels...

Les intégristes du code HTML sont des gens torturés. Il est à craindre que mon Noël soit foutu... 




© 2003 Barijaona Ramaholimihaso
Réagissez par les liens de commentaires ou par e-mail :