Accueil |  Humour | Macintosh | Print66 | Sélection | Éditeur 

Springtime in Antananarivo

L'après-crise à Madagascar. Euh, vous avez dit après-crise ?

mardi 30 juillet 2002
[ 22:28:12 ] 

Les États-Unis mettent l'accélérateur sur l'AGOA (ou Africa Bill, en dialecte malgache...). La référence explicite à Madagascar confirme ce que l'on savait déjà : il n'y a pas tant de pays où cela a marché jusqu'ici.

[ 22:26:56 ] 

Comparaison entre la bulle dotcom et la guerre déclarée contre le terrorisme.

You obviously don't get it. Comme les actionnaires d'Enron, Worldcom et Vivendi Universal.

[ 22:18:19 ] 

Les parodies de la dernière campagne publicitaire d'Apple se multiplient.

Imaginons que Billou s'y prenne aussi (animation Flash).

Appel à témoignages : est-il vrai cet utilisateur désillusionné d'iTools a ma voix ? (fichier Quicktime). Je ne sais si je souhaite une confirmation ou une infirmation...

[ 21:53:32 ] 

Avez vous avez lu la nouvelle d'Emmanuel Carrère signalée samedi ?

Si non, ne déflorons pas le sujet : ne lisez pas ce qui suit.

Si oui, vous vous demandez vraisemblablement : que s'est-il vraiment passé le 20 juillet dans le TGV Paris La Rochelle ?

Certains lecteurs du vénérable quotidien du soir s'émeuvent auprès du médiateur. Il n'y a quand même pas de quoi fouetter un chat.

Seraient-ils plus choqués s'ils lisaient un texte froidement informatif comme celui-ci ?

Libération s'y met lui aussi. Plutôt six fois qu'une. Histoire de nous montrer qu'il n'a pas fallu attendre le 20 juillet 2002 pour que l'humanité ait l'imagination qui travaille.

Et que sans imagination, la physiologie n'est rien.

[ 21:31:20 ] 

Les programmeurs sont souvent de piètres managers... (j'ai été programmeur moi-même ;-) ).

Manager des programmeurs est en moyenne bien plus difficile que manager un salarié moyen : ils ont un pouvoir de nuisance maximal, car ils sont souvent individualistes et ont un savoir qui n'est pas à la portée du simple profane.

Donc faire manager des programmeurs par un autre programmeur tourne régulièrement à la catastrophe. Vous connaissez un seul projet informatique qui ne dépasse pas les délais et les coûts prévus ? Mais est-il seulement possible de faire autrement ?

La lecture d'une récente discussion sur Slashdot illustre encore ce triste état de fait.

Mais il y a quelques idées importantes qu'il ne faut pas perdre de vue, et que je me suis donné le mal de traduire.

Et il n'y a pas que les programmeurs qui gagneront à lire cela.


© 2002 Barijaona Ramaholimihaso
Réagissez : reactions @ barijaona.com