Accueil |  Humour | Macintosh | Print66 | Sélection | Éditeur 

Springtime in Antananarivo

L'après-crise à Madagascar. Euh, vous avez dit après-crise ?

jeudi 25 juillet 2002
[ 23:00:53 ] 

Grosse blague, cette interview d'Amara Essy, l'ivoirien le plus connu à Madagascar, accordée à AllAfrica.com :

La "surveillance par les pairs" était une expression largement utilisée à Durban, le fait que les chefs seront maintenant objets de la surveillance des autres chefs d'état et éventuellement objets de critiques et de sanctions. Pourtant le Zimbabwe en trouble a à peine été mentionné tandis que le siège de Madagascar est resté vide, parce que les chefs d'Etat n'ont pas considéré que Marc Ravalomanana était un dirigeant "constitutionnellement" élu. Où tracez-vous la ligne en ce qui concerne les gouvernements constitutionnels ou non ? Les gens regardent maintenant l'Union Africaine, et disent : "bon elle est resté ferme sur Madagascar, mais sûrement il y a toutes sortes de dirigeants semi-constitutionnels ou non constitutionnels sur lesquels rien n'a été dit?", par exemple le Zimbabwe, où les résultats d'élections présidentielles ont été contestés.

Nous avons envoyé une équipe d'observateurs de l'OUA qui a trouvé que les élections étaient libres et justes.

Mais d'autres missions d'observateurs ont vu les choses différemment.

C'est leur point de vue. Nous sommes africains, nous devons prendre nos décisions et nous ne sommes pas les suiveurs de quiconque.

Ainsi dans un pays, tel que le Zimbabwe, où des dizaines de milliers de personnes de milliers ne pouvaient pas voter, l'OUA trouve que les élections étaient "libres et équitables" ?

Ce que je puis dire est que nous avons envoyé une équipe d'observateurs.

L'équipe était là. Et, comme secrétaire général, je dois suivre ce que mon équipe me dit. Nous avons envoyé là-bas une importante équipe pour observer les élections et ils ont conclu qu'elles étaient libres et justes.

Nous savons que la situation n'est pas toujours pacifique, ils ont des problèmes au Zimbabwe. Mais, en dépit de ceci, je dirais que le rapport que j'ai reçu était acceptable.

Et puis quoi encore ?

La ville de San Francisco songe à se lancer dans la culture du cannabis. Voilà qui est plus sérieux que Mr Essy.

[ 22:42:46 ] 

Les bourses chutent, en raison d'une crise de confiance sur les comptes des sociétés.

Scott McNeally, le patron de Sun Microsystems, se fait l'écho d'un certain nombre de dirigeants d'entreprises, en se demandant si les efforts supplémentaires qu'ils devront faire pour vérifier avant publication les états comptables ne pénaliseront pas exagérément leur rôle comme animateurs de leurs équipes et des ventes.

Salon réplique en demandant si la chute de la bourse n'est pas dûe essentiellement aux promesses non tenues des vendeurs.

Que celui qui n'a jamais été victime d'un boniment de vendeur de "solutions" informatiques jette la première pierre...

[ 22:32:13 ] Donner pour donner

Chose promise, chose dûe, cette page a encore discrètement évolué pour être plus accessible pour tous, mais plus particulièrement pour les handicapés.

Pourquoi fais-je cela ? Pour la gloriole, ou parce que la nature a fait que je cherche à faire plaisir ? Acquis social ou programmation biologique ?

En tout cas, le sujet de l'accessibilité n'intéresse pas que moi. Tristant Nitot est un autre avocat du respect des standards du Web, et a attiré mon attention sur le fait que Karl Dubost a entrepris de traduire les articles de Mark Pilgrim.

Tous des gogos, ces gens qui donnent gratuitement toutes ces informations ?

[ 22:15:00 ] 

Si vous arrivez à me lire, c'est qu'il y a un serveur qui m'héberge (pour l'instant gratuitement...), un autre serveur qui gère les noms de domaine, votre provider qui assure votre connection, des opérateurs télécoms...

Et derrière tout cela il y a tout un tas d'individus qui triment, qui suent... jonglant avec des connecteurs, des pinces à sertir ou des lignes de code... que l'on n'hésite pas à réveiller pendant le week-end ou au milieu de la nuit parce que plus personne de nos jours n'admet plus d'attendre...

Ce 26 juillet, le dernier Vendredi du mois de Juillet, ayons une pensée pour eux... Ça ne me semble pas plus absurde que la fête des mères ou des grand-mères.

En ce qui concerne la confrontation avec des problèmes inextricables, voilà peut-être le pompon.

Eh, au fait, en tant que webmaster, je suis concerné aussi... Je ne refuserais pas un peu de chocolat ou une autre petite bricole...

[ 13:49:53 ] Une bouteille de ketchup sauve 31 randonneurs bloqués par la neige

Une inscription tracée sur la neige avec du ketchup a permis lundi à un guide de montagne sud-africain de sauver un groupe de 31 randonneurs bloqués par les intempéries dans les montagnes du Drakensberg, rapporte mardi la presse.

"Cette lettre H (pour HELP, à l'aide) écrite à la sauce tomate était une excellente idée", a commenté le lieutenant Steven Lownie qui pilotait l'hélicoptère chargé de l'opération de secours.

Le guide Alan Champkins et un ami, Tod Collins, ont bravé des vents de 55 km/h et provoquant des pointes à moins 30C pour gagner, neige à hauteur de taille, le col Sani, à 2 874 mètres d'altitude, et y inscrire avec la précieuse sauce une lettre H géante pour attirer l'attention du pilote. Les quelque 31 personnes bloquées depuis jeudi par la neige, dans le Sani Top Pub, l'auberge de montagne située à la plus haute altitude du pays, ont ainsi pu être sauvées par un Puma de l'armée de l'air sud-africaine appelé à la rescousse, rapporte le quotidien The Star.

L'Afrique du Sud subit depuis plusieurs jours l'un des hivers les plus rigoureux de son histoire qui a déjà fait au moins 22 morts, principalement dans la province du Cap Oriental.

[Le Matin (Québec) : insolite]

J'aime bien le ketchup, mais je n'aurais jamais penser en amener en excursion : pas très pratique à manger... Certes, il n'y a que les imbéciles qui ne changent jamais d'avis, mais sur ce coup là, je resterais imbécile...

Ceux là avaient de la chance, ils étaient bloqués dans une auberge...


© 2002 Barijaona Ramaholimihaso
Réagissez : reactions @ barijaona.com