Accueil |  Humour | Macintosh | Print66 | Sélection | Éditeur 

Sushis en république Ranjalia

Antananarivo, Madagascar, entre Afrique et Asie, entre Dakar, Séoul et Tokyo.

samedi 13 avril 2002
[ 21:57:15 ] 

Avertissement avant d'aller plus loin : la dérision est la forme polie du désespoir... Et il faudrait que je relise Kundera. Je pense plus particulièrement à L'insoutenable légèreté de l'être.

Pour une raison tout à fait égoïste, j'espère que Ratsiraka s'exprimera bientôt... Je suis convaincu qu'il me permettrait ainsi de changer à nouveau le mois prochain le titre de ce weblog. Le titre actuel étant vaseux et surtout incompréhensible pour qui n'écoute pas régulièrement RFI, le candidat actuel est Faillite, mitraillette et machine à écrire. Mais franchement, je trouve plus rigolo de rebondir sur des propos de Radidy...

Content de voir que je ne suis pas totalement le seul à penser ce que j'ai écrit il y a six jours ; mais Mathieu Lindon l'écrit mieux... Dans cette région, le nombre de morts semble laisser totalement indifférent.

Et ici ? 6, 19, 30 morts ? impossible d'avoir un bilan fiable de ce qui se passe à Fianarantsoa... De toutes façons, c'est trop, et aucun être sensé n'osera dire publiquement qu'il s'agit du prix "normal" de la situation. Je ne suis pas naïf, il y a sans doute des gens qui se réjouissent secrètement du bilan... Je les invite à bien regarder la photo qui illustre le bas de cet article : c'est celle qui peut-être m'empêche le plus de dormir, et pourtant on ne voit "presque" rien...

Que font les entremetteurs et les diplomates ? En ce qui concerne le pays de la neutralité, ils semblent avoir la tête ailleurs... Faut-il se rabattre sur les ethnarques, en espérant qu'ils seront plus productifs que celui qu'on n'a plus le droit d'appeler Cupidon ?


© 2002 Barijaona Ramaholimihaso
Réagissez : reactions @ barijaona.com