Accueil |  Humour | Macintosh | Print66 | Sélection | Éditeur 

Sushis en république Ranjalia

Antananarivo, Madagascar, entre Afrique et Asie, entre Dakar, Séoul et Tokyo.

samedi 23 février 2002
[ 18:50:23 ] 

Antananarivo devient gentiment paranoïaque... La ville bruisse de rumeurs. L'insouciance bon enfant des derniers jours est bien loin. Faire le tri et s'efforcer de garder son sang-froid et son discernement.

[ 09:19:39 ] 

Message spécial pour les internautes utilisant un navigateur pour handicapés visuels : la conception du site reste perfectible. Je continue d'y travailler, mais compte tenu de l'urgence...

[ 08:49:23 ] 

Mail adressé au ministère français des affaires étrangères.

Début de citation :

Mesdames, Messieurs,

À la lecture des déclarations du Quai d'Orsay sur Madagascar, je souhaite soulever 4 interrogations.

12/02 : "Nous avons pris note des propositions de Monsieur Amara Essy (...) qui visent à repousser la date du deuxième tour de l'élection présidentielle en vue de préparer celui-ci dans de bonnes conditions, avec l'accord des deux candidats".

La Haute Cour Constitutionnelle a fixé unilatéralement le deuxième tour au 24 mars, date qui apparaît trop rapprochée pour un scrutin crédible au vu des nombreuses carences constatées dans le code électoral et l'organisation du premier tour.

Question 1 : Pourrait-on savoir pourquoi la diplomatie française ne relève pas ce qui paraît être une utilisation des organes constitutionnels à des fins partisanes ?

Aucune des déclarations du Quai d'Orsay ne fait part de la principale revendication de M. Marc Ravalomanana : la confrontation des procès-verbaux du premier tour, qui a été toujours énergiquement refusée par le Président Ratsiraka.

Question 2 : La diplomatie française estime-t-elle que l'on peut tenir un second tour "dans de bonnes conditions" sans avoir analysé les dysfonctionnements du premier tour ?

22/02 : "Cette tentative de coup de force, en violation avec les règles constitutionnelles du pays et les principes de l'ONU et de l'OUA, ne saurait résoudre la crise politique actuelle."

Questions 3 et 4 : Dans sa tentative d'interprétation des règles constitutionnelles du pays, la diplomatie française prend-elle également en compte les contestations émises sur les modalités de nomination des membres de la Haute Cour Constitutionnelle, notamment les membres issus de l'Assemblée Nationale et du Sénat ? La diplomatie française estime-t-elle que la HCC a donné dans le passé des assurances raisonnables en ce qui concerne l'indépendance et la neutralité de ses propres proclamations ?

Veuillez recevoir, Mesdames, Messieurs, mes salutations distinguées.

Barijaona Ramaholimihaso (Antananarivo, Madagascar)

Fin de citation

Je n'espère guère de réponse... Mais qu'est ce que ça fait du bien !

[ 02:41:55 ] 

Il me devient "nécessaire" de relancer cette page Web... Entre Romana Carnavalam et Saïd Tarik-Raider, j'ai comme tout malgache été contraint de choisir un camp...


© 2002 Barijaona Ramaholimihaso
Réagissez : reactions @ barijaona.com